Our testimony against HCM (September 2009)

Translation to come...

Nous vous invitons à lire notre témoignage face à cette maladie, mal connue et très peu testée par les éleveurs.

"La HCM, ça n’arrive pas qu’aux autres…

En effet, nous avons fait testé Toffee et Spoonie par échocardiographie et à notre grande stupeur, Toffee, mon beau gros matou, a une HCM et pourtant, il ne présente AUCUN souffle au cœur.

A date, ses lésions sont légères, son état ne nécessite pas la prise de médicaments mais il faudra surveiller régulièrement (comme les lésions à date sont légères, sa prochaine échographie cardiaque sera programmée dans un an).

Spoonie est, au moment du test,  négative.

Par contre, nous ne savons pas ce qu’il en est pour les chatons. La HCM étant génétique, ils sont potentiellement porteurs de cette terrible maladie. Ils présentent, à l’heure actuelle, tous un souffle au cœur d’intensité variable. C’est ce qui nous a mis la puce à l’oreille lors de la consultation pour la primo-vaccination, bien que cela n’ait pas plus inquiété le vétérinaire (car possibilité de souffle juvénile, légère déshydratation des chatons, viscosité du sang…)

Que l’on me croie ou non, je comptais faire tester mes adultes pour la HCM mais un peu plus tard, une fois les chatons partis, mais finalement, j’ai précipité le rdv des échocardios en pensant me rassurer, ce ne fut pas le cas…

Les chatons seront à nouveau examinés à 4 mois pour leur souffle au cœur et nous leur ferons faire une échocardiographie vers 8-10 mois pour savoir ce qu’il en est, au moment T.

Il aurait été possible de faire une échocardio à 3 mois mais n’aurait pu être visible qu’une HCM avec un état avancé ; les lésions légères, comme celles qu’a mon Toffee ne sauraient être visibles à cet âge.

Tout ça pour vous dire que la HCM existe bien chez nos British et qu’il ne faut pas se voiler la face. Certes, il n’existe pas présentement de test génétique HCM pour le British (le test pour le Maine coon n’est pas valable chez nos nounours adorés) et on ne peut savoir qu’à un moment T ce qu’il en est, mais maintenant, je sais que je dois écarter mon matou du circuit de la reproduction (mais il reste à la maison !).

Tout ce que je regrette, c’est évidemment de ne pas avoir fait le test plus tôt, alors si ça se trouve on n’aurait rien vu il y a 5 mois, mais d’un autre côté, si on avait vu quelque chose, il n’y aurait pas aujourd’hui quatre petites boules de poils qui n’ont pas demandé à venir au monde alors qu’ils sont potentiellement porteurs de cette saleté de maladie… D’ailleurs, je remercie Aurély d’avoir quand même voulu tenter l’aventure avec le petit Easter Egg bien consciente des risques potentiels encourus. A moins de trouver des familles formidables avec lesquelles je serai sûre du bon suivi médical des chatons, ses frère et soeurs restent avec nous.

En tout cas, je n’accuse personne, certainement pas l’éleveuse de mon matou que j’ai mis au courant de la situation et avec qui nous avons pu discuter, je veux juste témoigner que PERSONNE N’EST A L’ABRI (pas même mon gros matou, en pleine forme vu de l’extérieur), et qu’il est important :

- de faire tester ses reproducteurs par échocardiographie (que l’on soit éleveur ou particulier voulant faire une portée)

- d’exiger que soient effectués les tests par échocardiographie des parents pour les personnes qui souhaitent acquérir un chaton British, au même titre que pour la PKD, même si il n’y aucune garantie puisqu’il ne s’agit pas ici d’un test génétique…

Je comprends que cela engendre des coûts non négligeables, mais personnellement, je considère qu’un éleveur doit essayer au maximum de limiter les risques pour faire naître des chatons en bonne santé. Dans cette optique, on ne parle plus de sous mais bel et bien de la santé du chat et des chatons. Bien sûr, chacun est libre de choisir sa propre éthique.

-Valérie- "


Edit Août 2010 : Fin Avril 2010, la conclusion de HCM pour Toffee est infirmée lorsque nous effectuons une seconde visite chez un autre spécialiste : l'absence de signes liés à la HCM est confirmée par la spécialiste de la HCM, Pr. Chetboul.
Malgré cette mésaventure, nous souhaitons continuer à faire tester nos reproducteurs pour la HCM.